Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / Pacifica / Assurance habitation / Avis de Ness
Partagez votre expérience sur Pacifica : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par Ness sur l'assurance habitation de Pacifica

1229 lectures

Détail de la note et satisfaction de
vendredi 25 janvier 2013 à 23:01

Ness
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
0 5 1

Depuis octobre 2010 on court pour que obtenir réparation du dégat des eaux subit par la voisine du dessus alors nous n avons eu aucun suivi je dis bien aucun je n arrete pas de courir et doit meme faire les demarches moi meme pour que l expert passe car je suis choqué de tout ceci surtout quand il vous est dit par l interlocuteur pacifica que j ai eu au bout du fil et bien c est a vous d appeller l expert et c est a vous de vérifier que votre voisine ai bien réparé la fuite venant de chez elle!!!!! Surtout quand l on paye la plus haute formule et ce depuis 3 ans et que l on nous fait trainer exprès les choses pour bien continuer a vous plumer sans que l on excecute son rôle d assurance.En d autre termes assureur a fuir et passer son chemin NE JAMAIS PRENDRE CETTE ASSURANCE

Plus

AUCUN

Moins

TOUT

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis
logo_Pacifica
Réponse de Pacifica
lundi 28 janvier 2013 à 11:23

Bonjour Ness, Je travaille chez Pacifica et votre commentaire m'a interpellé. Je vous propose de transmettre votre dossier à notre service consommateurs et vous invite à écrire un mail à : service.consommateurs@ca-pacifica.fr en précisant : - votre prénom - votre nom - votre numéro de contrat Pacifica - votre numéro de téléphone - une synthèse de votre demande. Bien Cordialement.

jobleunuit
Réponse de
jeudi 31 janvier 2013 à 20:40

L'assureur n'est plus seulement le garant du responsable assuré, il devient l'instrument actif de la réparation. C'est ainsi que la loi Badinter du 5 Juillet 1985 oblige l'assureur, sous peine de sanction à prendre l'initiative de la réparation en présentant des offres d'indemnisation à la victime dans des délais déterminés Les obligations des assureurs Il est bon de rappeler dans ce préambule les obligations qui pèsent sur les assureurs à l'égard des consommateurs sur la durée de la relation précontractuelle et contractuelle. Ces obligations se traduisent : - avant la conclusion du contrat, par la remise d'une fiche d'information et d'un projet de contrat (article L 112-2 du Code des assurances) ; - lors de la rédaction du contrat en vue de sa conclusion, par la stipulation de dispositions très précises (énumérées à l'article L 112-4 et renforcées, en matière d'assurance vie, à l'article L 132-5-1) ; - lors de l'exécution du contrat par l'obligation pour l'assureur de fixer un délai pour le règlement du sinistre (article L 113.5). Car le deuxième argument, faisant allusion au « principe indemnitaire » selon lequel la perception d'une indemnité ne saurait être source d'enrichissement ou de bénéfice pour l'assuré, est tout aussi spécieux. Outre le fait que l'assureur se garde bien de préciser le sens du terme valeur (valeur à neuf, valeur vénale ou valeur d'usage ?), ce principe ne fait pas obstacle à la pleine remise en état du patrimoine endommagé. Ce n'est pas faire un bénéfice que d'être pleinement réparé de son préjudice ! Les tribunaux l'ont d'ailleurs toujours confirmé, tout comme la chambre criminelle de la cour de cassation, qui estime que le propre de la responsabilité civile est de rétablir l'équilibre détruit par le dommage et de replacer la victime dans la situation où elle se serait trouvée si l'acte dommageable n'avait pas été commis (Cass. civ. 2. ch., 28.10.54, La Gazette du Palais, 1955, 1, 10.) L’assuré en désaccord avec la position de l’assureur dispose de recours amiables ou d’une possibilité de médiation : Dans ces cas, l'assureur engage sa responsabilité civile contractuelle envers son assuré envers lequel il est tenu d'une obligation de conseil et de loyauté, qu'il doit exécuter de bonne foi. Ce droit à réparation, ne reposant plus sur l'idée de sanction de la faute de l'auteur du dommage, il apparaît normal que le patrimoine de la personne tenue à réparation soit également protégé contre la dette qu'il doit supporter, notamment au moyen de la technique de l'assurance de responsabilité. Si le droit de la responsabilité permet de déplacer le poids du dommage de la victime au responsable, l'institution d'assurance permet de transférer la charge finale du dommage sur l'assureur, c'est à dire sur une mutualité d'assurés apte à le supporter financièrement La proposition d’indemnité Elle est établie souverainement par la compagnie ou un mandataire. Elle est accompagnée d’une lettre d’acceptation qui, signée par le bénéficiaire, vaut renonciation à recours et subroge la compagnie dans les droits de l’assuré pour tous recours que la compagnie est susceptible d’effectuer à l’encontre des responsables éventuels du sinistre. Pour autant, il ne faut pas avoir peur d’aller au tribunal si votre assureur ne respecte pas les délais du paiement de l’indemnité. Tout simplement car si la faute de l’assureur est prouvée, le tribunal le condamnera à vous verser des indemnités compensatoires. Il s’agit ici d’une indemnité de retard qui peut être importante plus le retard de paiement vous cause un préjudice.


Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur Pacifica
2ème
Pacifica est 2ème des assureurs du classement habitation
Retrouvez nous sur Facebook