Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / Maif / Assurance habitation / Avis de DurRéveil
Partagez votre expérience sur Maif : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par DurRéveil sur l'assurance habitation de Maif

1563 lectures

Détail de la note et satisfaction de
dimanche 11 février 2018 à 19:08

DurRéveil
Bonne
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
0 5 1,8

40 ans chez la MAIF sans aucun sinistre habitation. Une toute petite partie de mon toit s'envole suite à mini-tempête reconnue par Météo France. Tout le voisinage est indemnisé à des degrés divers, sauf moi qui suis à la MAIF. Conclusion, vous vous croyez assuré, vous payez bêtement des tarifs élevés pendant des décennies sans vous poser de questions. Eh bien c'est un tort quitte à ne pas être indemnisé du tout, allez vers l'assureur le moins cher et suivez le conseil de l'UFC / Que Choisir démontrant que la fidélité ne paie pas et qu'il faut changer d'assureur, ce dernier vous offrant des tarifs compétitifs surtout si vous êtes un un « bon » risque ( 2 véhicules à bonus maximum et aucun sinistre indemnisé en habitation depuis 40 ans). J’irai donc voir ailleurs et permets à tous de copier-coller mon message pour démonter ce mythe d’un « assureur-militant » un monument de com. que j’estime à la limite du mensonge. Non les autres assureurs ne sont probablement guère mieux que la Maif mais au moins ils ne se vantent pas d’une prétendue supériorité éthique. - on sait ce qu’il est advenu de la CAMIF en son temps.

Plus

De la com bien faite

Moins

Un suivi et des délais calamiteux pour vous annoncer après moult courriers et 14 mois aux abonnés absents que finalement non, vous ne serez pas indemnisé !

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis
logo_Maif
Réponse de Maif
lundi 12 février 2018 à 11:33

Bonjour DurRéveil, je suis Christelle de l’équipe Relation Sociétaire de la MAIF. Je viens de prendre connaissance de votre avis. Je tiens dans un premier temps à vous remercier de votre fidélité. Je regrette que la gestion de votre dossier entache votre vision de la mutuelle. La satisfaction des sociétaires est importante pour la MAIF. C’est pourquoi, je vous invite à me communiquer vos nom, prénom, numéro de sociétaire et pseudo à relationweb@maif.fr afin que je puisse prendre connaissance du dossier et que nous échangions à ce sujet. Bien à vous. Christelle.

GoûtAmer54
Réponse de
dimanche 04 mars 2018 à 19:40

Bonjour, Equipe Relation Sociétaire de la MAIF! Je m'adresse à vous, voyant que les excellents communicants que vous êtes, vigilants sur le Net, prenez à bras-le-corps la résolution du dossier de "Dur Réveil", qui s'est donné la peine d'exposer publiquement ses problèmes et sa déception en découvrant ce qu'elle pouvait , ou plutôt ne pouvait finalement pas espérer de notre mutuelle en cas de sinistre ... Assurée comme toute ma famille (4 générations) à la MAIF depuis "toujours" (quarante ans, dans mon cas), et, jusqu'à présent fervente supportrice de "notre mutuelle" (au départ, conçue comme réellement militante, "sans profit", par et pour les enseignants de l'Education Nationale comme moi-même, mes parents et grand-parents), je viens moi aussi de prendre une grande claque, quant à mes convictions, en voyant ma confiance absolue dans ce que je croyais toujours être une assurance "juste"et compréhensive vis à vis de ses assurés fidèles et de bonne foi! En effet, aprés avoir déclaré la chute imprévisible d'un grand pin et les dommages et dépenses occasionnées, à l'occasion d'une violente tempête/mini-tornade qui a frappé notre village, j'ai immédiatement pris des photos qui attestaient de la gravité de la situation (obligation de faire passer une équipe d' élagueurs pour dégager le chemin desservant mes voisins, et permettre de rétablir leur ligne téléphonique, arrachée, réfection exigée de la clôture, écrasée elle aussi, etc ...), et les ai envoyées par mail auprès du service dédié de "gestion des sinistres" (maintenant délocalisé ou centralisé on ne sait trop où) , qui m'avait indiqué que, dans l'urgence, je pourrais téléphoner le montant du devis de l'élagueur, et savoir immédiatement s'il recevait l'accord d'un "expert" du service sinistres, qui se réfererait à une grille des tarifs généralement pratiqués. C'est ce que je me suis empressée de faire, pour pouvoir lancer les indispensables et urgentes interventions de tronçonnage et d'enlèvement de cet arbre qui barrait le passage, pour les riverains de mon quartier ( ce qui me semblait être un cas exemplaire de "force majeure" , d'autant plus que nombre d'autres habitations avoisinantes avaient subi des dommages encore plus graves lors de ces violentes bourrasques tourbillonnantes, inhabituelles pour la région!). Mon troisième interlocuteur, lors de cet échange téléphonique, m'annonce alors que nul "expert" ne peut en fait me répondre directement au bout du fil, mais qu'en tant que simple gestionnaire doit m'annoncer que pour tout dégât ou sinistre concernant un "végétal", AUCUN remboursement n'est prévu par l' assurance RAQVAM (habitation et responsabilité civile) façon MAIF, sauf si l'on bénéficie, à titre vraiment exceptionnel d'une indemnité "pouvant aller "jusqu'à 700€ (imaginez ma déception, pour ne pas dire mon dépit, alors que je venais de me faire présenter une "douloureuse" de trois ou quatre fois ce montant par différentes entreprises sollicitées, parmi lesquelles, seules deux acceptent d'intervenir rapidement, comme l'exige la situation, et en vertu de ce qui m'apparaît clairement comme relevant de ma "responsabilité civile" vis à vis des voisins, cette dernière censée être couverte par ma souscription- au niveau le plus "complet" et le plus onéreux à la garantie ad hoc !...). C'est, du moins, ce que préconiserait une note de service par e-mail de la "directrice" du service (no name ?), note trop confidentielle (?) pour m'être transmise, afin de dissiper mon incrédulité. A ma requête de communication des textes OFFICIELS concernant des cas comme le mien, il a été alors répondu favorablement, mais je n'ai rien vu depuis "tomber" dans ma boîte ensuite. Dans ces conditions, et si rien ne m'est accordé, finalement, pour cette affaire, au motif que le "coupable" (c'est bien le cas de le dire) se trouve être un arbre de plusieurs tonnes ("végétal"!) , et pas d'un pilier en béton (pas de chance ! Vivement les palmiers en zinc, lorsque les dérèglements climatiques auront achevé leur sale besogne, et les paysages cézanniens seront réduits à un désert ...), je compte bien déposer un dossier de recours auprs des plus hautes instances de notre chère mutuelle, qui devrait prendre garde de ne pas aussi se dessécher sur le plan moral , et se métarmorphoser en entité banale "à but lucratif" ... Changer de "crèmerie", donc, est une question qui se pose, si l'on sent qu'on a désormais plus affaire qu'à des "marchands" comme les autres ... Faites quelque chose ! Détrompez-moi ! "Sincères salutations mutualistes"? Signé "Goût Amer" ...

logo_Maif
Réponse de Maif
lundi 05 mars 2018 à 16:12

Bonjour GoûtAmer54, j'ai pris connaissance de votre commentaire au sujet de la tempête dont vous avez été victime. Je note que vous nous avez adressé un mail, aussi je prends soin de vous répondre de manière détaillée par retour de mail. Bien à vous, Christelle.

GoûtAmer54
Réponse de
mercredi 07 mars 2018 à 19:54

Bonjour aux lecteurs de ce forum : Le service client de la MAIF m’a bien répondu, mais apparement pas publié ici sa réponse, que je me dois de vous rapporter, à titre indicatif : son contrat d’assurance habitation, même si l’on souscrit à la police la plus ‘complète ´ ( ...) et la plus onéreuse, ne prévoit AUCUN remboursement de frais encourus à la suite d’un sinistre impliquant un ´VEGETAL’, fût-il un tuteur en bambou qui aurait endommagé un massif de roses (OK, normal...) ou, comme dans mon cas, la chute d’un grand arbre sur le chemin des voisins, exigeant dans l’urgence un élagage et un enlèvement des billots de bois réalisables uniquement par une entreprise spécialisée qui facture l’opération à plusieurs milliers d’euros, même mise en concurrence avec ses homologues ... Attendez-vous donc à vous retrouver bien seuls si vous avez le malheur d’habiter ´en campagne ´ et souhaitez préserver les ´beaux sujets’ qui font la beauté de votre environnement pas encore bétonné, dénudé de toute pinède ou forêt qui ferait la joie des promeneurs, touristes et servirait d’habitat à la faune sauvage ! Notre mutuelle, apparemment, ne favorise pas la préservation de la ´verdure ´ ... Militante? Pas ´écolo’, en tout cas ... Relisez in extenso son règlement, avant d’opter pour son offre, comme j’aurais dû le faire, si je n’avais pas eu totalement confiance dans cette ´bonne mère´ laïque solidaire et à but non lucratif à l’origine, mais qui a beaucoup évolué depuis...

DurRéveil
Réponse de
vendredi 15 juin 2018 à 11:33

Epilogue écrit par DurRéveil : La MAIF annonce des profits sans précédent en 2018, des profits RECORD : la méthode est simple et n'a rien de glorieux : il suffit de ne pas indemniser ses sociétaires y compris ceux qui n'ont pourtant pas déclaré un seul sinistre en 40 ans (voir précédent post) Il fallait y penser : imaginez la Sécurité Sociale qui accumulerait des bénéfices financiers en laissant mourir ses malades... Même un diplômé de HEC n'y aurait pas pensé ! Quant à la mascarade de la prétendue prise en compte de vos griefs grâce à un nouveau contact avec la MAIF, c'est de l'affichage publicitaire pour les internautes, de la "com", du "pipeau" pour tenter de se préserver d'une mauvaise réputation sur les réseaux. Très peu pour moi : je vais opter pour un assureur mutualiste accumulant moins de profits, mais probablement plus honnête et respectueux de ses assurés. Merci pour les témoignages de soutien.


Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur Maif
Retrouvez nous sur Facebook