Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / Maif / Assurance habitation / Avis de OLIVIER
Partagez votre expérience sur Maif : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par OLIVIER sur l'assurance habitation de Maif

416 lectures

Détail de la note et satisfaction de
mardi 08 octobre 2019 à 16:55

OLIVIER
Assez bonne
Assez mauvaise
Assez mauvaise
Mauvaise

J’ai 49 ans et ai toujours été assuré auprès de la MAIF. En revanche, je n’avais jamais eu, sauf erreur de ma part, à solliciter leur assistance. C’est désormais chose faite à l’occasion d’un dégât des eaux dont j’ai été victime. Je suis atterré. Vous trouverez ci-après mon retour d’expérience avec la MAIF, une de ses entreprises partenaires et un de ses experts. C’est un peu long mais édifiant. Le 12 novembre 2018 j’adresse à la MAIF le constat de dégât des eaux signé avec le propriétaire de l’appartement à l’origine de la fuite. Le 19 novembre la MAIF me confirme par téléphone la prise en charge des travaux de remise en état de mon appartement et me propose de recourir à une entreprise partenaire. J’accepte. Finalement, la MAIF me suggère le 6 mars 2019 de chercher un entrepreneur de mon côté car l’entreprise partenaire, qui est pourtant venue faire ses constations chez moi le 6 janvier, n’a jamais envoyé son devis malgré les relances de la MAIF. Nous avons donc perdu plus de trois mois avec ce partenaire. Je contacte un entrepreneur le 11 mars. Il vient chez moi le 13 et m’adresse son devis le 18. Je transmets ce devis de 3 850 euros TTC le lendemain, 19 mars, à la MAIF qui m’indique par retour faire intervenir un expert pour chiffrer les travaux de remise en état. C’est dommage que cette décision ne soit pas intervenue quatre mois plus tôt. Un rendez-vous est finalement pris le 5 avril et l’expert se déplace chez moi pour faire ses constations le 6 mai, sa première date possible. Il adresse ensuite son rapport à la MAIF sans m’avoir soumis ses conclusions ou sollicité mon avis au préalable. Le rapport ne me sera jamais transmis, que ce soit par l’expert ou par la MAIF. Cela n’empêche pourtant pas la MAIF de m’opposer les conclusions de ce rapport, sans même me le communiquer. Autant pour le caractère contradictoire de l’expertise. Sans nouvelle après la visite de l’expert je contacte son secrétariat qui m’indique le 29 mai que le rapport a été envoyé à la MAIF et qu’il m’appartient de contacter cette dernière pour connaître les conclusions de l’expert. Je m’adresse donc à la MAIF qui me confirme par e-mail le 3 juin la réception du rapport d’expertise. Elle m’indique que ce rapport lui permet de m’indemniser et qu’un virement de 1 432,20 euros correspondant à mes dommages va m’être adressé. Elle me précise également qu’un complément d’indemnisation me sera versé sur présentation de justificatifs et dans la limite de l’évaluation de l’expert, mais sans mentionner le montant de cette évaluation. Je réponds par retour le même jour pour indiquer que je vais faire effectuer les travaux sur la base du devis précédemment obtenu et communiqué à la MAIF et à l’expert. Je souligne ne pas connaître l’évaluation de l’expert et demande expressément à être informé si le devis, sur lequel ni la MAIF ni l’expert ne m’ont jamais fait la moindre remarque, excède l’évaluation de l’expert. Je joins une nouvelle copie du devis à mon e-mail. Je n’ai pas de réponse à mon e-mail. Je laisse passer une semaine puis je me rapproche de l’entrepreneur le 11 juin et lui confirme mon accord sur son devis. Le 21 juin nous convenons que les travaux seront effectués chez moi du 1er au 5 juillet et le lendemain je réserve une semaine de vacances à l’étranger pour la même période afin de laisser la place aux ouvriers et ne pas être dérangé par les travaux. Le 25 juin, soit plus de trois semaines après nos échanges du 3 juin, la MAIF m’informe finalement que l’évaluation fixée par l’expert est de 1 909,60 euros et qu’il m’appartient de renégocier le devis avec l’entrepreneur ou, à défaut, que les travaux seront effectués par une de ses entreprises partenaires. Je réponds le même jour pour faire part de mon incompréhension vis-à-vis du délai de trois semaines à revenir vers moi et explique, eu égard aux engagements contractuels souscrits vis-à-vis de l’entrepreneur et du voyagiste, qu’il m’est impossible de renégocier le devis et ou annuler et ou reporter les travaux ainsi que la semaine de vacances sans encourir des pénalités financières et des inconvénients pratiques. Mon e-mail du 25 juin reste sans réponse de la MAIF. Les travaux sont effectués comme prévu début juillet et je règle la facture de l’entrepreneur. J’adresse le 24 juillet à la MAIF une copie de la facture dont le montant est identique au devis initial. J’explique notamment dans mon e-mail que je considère que l’évaluation de l’expert ne peut pas m’être opposée dès lors que, selon moi, la MAIF a commis une première faute en omettant de me communiquer spontanément le 3 juin le chiffrage de son expert alors de surcroît qu’elle ne pouvait pas ignorer qu’il était inférieur au devis communiqué, puis une seconde faute en mettant plus de trois semaines à revenir vers moi pour me le communiquer alors qu’elle savait pertinemment que je mandatais l’entrepreneur pour procéder aux travaux. La MAIF n’a pas répondu à ma réclamation du 24 juillet, malgré une relance écrite le 30 août. J’ai en revanche reçu le 30 août une somme complémentaire de 477,40 euros destinée à compléter mon indemnisation dans la limite du chiffrage de l’expert. Je reste donc débiteur de ma poche d’une somme de 1 940,40 euros, soit la différence entre le coût des travaux et l’évaluation de l’expert. J’ai appelé à deux reprises la MAIF le 9 août et le 20 septembre, pour m’enquérir du statut de ma réclamation mais sans succès. La MAIF m’a finalement indiqué le 25 septembre qu’elle allait faire le point avec son expert et revenir vers moi dans les meilleurs délais. J’avais en en effet interrogé la MAIF le 24 juillet par écrit sur la méthodologie adoptée par son expert pour essayer de comprendre son chiffrage et avais eu des retours sous forme de messages vocaux les 9 et 28 août. Mes dernières remarques en réponse adressées le 30 août à la MAIF, par écrit, sont en revanche toujours sans réponse à ce jour. Ceci dit, mon grief principal est dirigé contre la MAIF elle-même et non contre son expert et c’est une réponse de la MAIF à ce grief que je désespère de recevoir. Je vais désormais saisir le service réclamation de la MAIF. Je n’en attends pas grand-chose mais sait-on jamais. D’une part, j’imagine que ce service sera plus à même de se prononcer sur une éventuelle faute du service gestion de sinistre dès lors qu’il n’est pas directement concerné par ma réclamation. D’autre part, cela me permettra de pouvoir justifier judiciairement que j’ai exploré toutes les démarches amiables susceptibles d’être effectuées auprès de la MAIF avant de saisir le tribunal fin octobre, si cela n’a pas été réglé d’ici là. Je ne manquerai pas de vous faire part du retour, positif ou négatif, de ce service réclamation pour votre complète information. A suivre donc.

Plus

L’amabilité et la courtoisie des différents interlocuteurs. La facilité à compléter un devis en ligne et à le valider au téléphone avec un conseiller.

Moins

La multiplicité des intervenants qui oblige l’assuré à réexpliquer sans cesse son dossier et, à mon avis, porte préjudice au suivi du dossier. L’opacité. Je ne comprends pas pourquoi la MAIF ne communique pas à son assuré le rapport d’expertise qu’elle a fait établir et qu’elle lui oppose. Je ne comprends pas davantage pourquoi le chiffrage de l’expert n’est pas immédiatement et spontanément communiqué à l’assuré.

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis
logo_Maif
Réponse de
mercredi 09 octobre 2019 à 16:30

Bonjour, OLIVIER. Je suis Lise de l’équipe Relation Sociétaire MAIF. J’ai lu avec attention votre avis, et souhaite tout d’abord vous remercier pour votre fidélité. Par ailleurs, je constate et déplore tant la consternation que vous exprimez au niveau des délais de gestion de votre dossier, que l’opacité ressentie lors de nos échanges. Celles-ci ne reflètent pas l’accompagnement que la MAIF tient à proposer à chaque sociétaire. Afin de faire le point sur l’état actuel de votre dossier, et compte tenu de la confidentialité de vos données personnelles, je vous propose d’échanger en privé par mail via relationweb@maif.fr (en me communiquant votre pseudo sur ce site ainsi que vos nom, prénom et numéro de sociétaire ou référence sinistre). Attentivement, Lise.

duchon
Réponse de
mercredi 09 octobre 2019 à 21:25

Le message en guise de témoignage d'Olivier est remarquablement bien écrit et décrit avec minutie une situation de laquelle son assureur ne pourra pas rester sans réaction nécessairement positive. On remarquera d'une part que la sosutraitance de gestion des travaux n'est pas optimale quand le prestataire se rétracte devant le chantier, il y a là une carence que les assurés n'ont pas à subir en refusant ces montages dont on ne connait pas les tenants et aboutissants. D'autre part, il est incompréhensible qu'un assureur ne retienne pas un devis de réparation, sans pour autant en produire un autre; ce ne sont ni les assureurs ni leurs experts qui font le marché; pour cela il convient de le leur rappelé sinon les professionnels du bâtiment seront bientôt dictés dans leur gestion d'entreprise !!

hulotte
Réponse de
jeudi 10 octobre 2019 à 07:12

Ce que vous décrivez est scandaleux et va dans le sens d'autres témoignages, même si on sait que ce sont généralement les personnes mécontentes qui s'expriment sur Internet davantage que celles qui sont satisfaites. Il semble que la politique de la MAIF à l'égard de ses sociétaires ait bien changé...

Chuck
Réponse de
dimanche 13 octobre 2019 à 14:59

Bonjour, Je suis en contact avec un journaliste du "Canard enchainé" et je dois lui envoyer mon dossier complet la semaine prochaine. S'il me donne son accord voulez vous que je vous communique ses cordonnées ? (je ne garantis rien). Cordialement. Chuck

victim
Réponse de
dimanche 13 octobre 2019 à 16:09

Triste témoignage Olivier mais qui me conforte dans mon opinion, et ce que j'ai lu un peu partout Je viens, moi, d'avoir un sinistre que 3 entreprises assurent être du à la sécheresse. J'ai lancé la déclaration de sinistre en joignant l'arrêté de sécheresse de ma commune. Un expert mandaté par la maif vient contester le fait que ce soit la cause réelle, avec des arguments peu convaincant . Par contre, il me dis que mon patrimoine mobilier excede 6000 euros et que j'aurai certainement un redressement de contrat. Or, en totalisant tout ce que j'ai dans la maison. meubles de cuisine ,de salle de bains et chaudiére inclus, je n'arrive pas à 5000 euros car j'ai une maison dépouillée, avec le strict minimum et le tout acheté au plus bas prix. Ca donne l'impression que la maif cherche absolument à ne pas payer ou bien à rentrer dans ses frais coûte que coûte. Je vais contacter un expert indépendant Je me demande s'il existe déjà un collectif de défense des consommateurs contre cette assurance

logo_Maif
Réponse de
lundi 14 octobre 2019 à 14:58

Bonjour victim, je suis Lise de l’équipe relation sociétaire de la MAIF. Je viens de prendre connaissance de votre commentaire et regrette votre témoignage concernant l’expertise réalisée chez vous. Vous évoquez deux points. La décision de l’expert quant à la sècheresse qui n’est pas à la hauteur de vos attentes et l’évaluation de votre patrimoine mobilier qui ne semble pas refléter votre situation. Il me semble important d’échanger ensemble sur ces deux points afin de mieux comprendre votre situation. C’est pourquoi je vous invite à me rejoindre en privé via relationweb@maif.fr (merci d’y indiquer, votre nom, prénom, numéro de sociétaire et pseudo sur ce site). A réception de vos coordonnées je serais en mesure de consulter votre dossier et en capacité de réaliser un point complet sur les deux points évoqués. Cordialement.


Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur Maif
Retrouvez nous sur Facebook