Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / Gmpa / Assurance prévoyance / Avis de DavidR
Partagez votre expérience sur Gmpa : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par DavidR sur l'assurance prévoyance de Gmpa

724 lectures

Détail de la note et satisfaction de
mardi 20 septembre 2016 à 00:07

DavidR
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
0 5 1

Bonjour à tous ceux et celles qui me liront. Je tenais à faire partager mon expérience à un maximum de personnes pour vous éviter pareille mésaventure. Engagé en tant que soldat en 1999, j'ai pu évoluer et passer mes grades pour arriver jusqu'à celui d'adjudant. En 2011 s'offre à moi l'opportunité d'être affecté au sein d'une antenne chirurgicale, structure opérationnelle et projetée régulièrement 2 fois par an en moyenne. Etant pacsé et père d'une petite fille, je décidai dés lors de revoir les garanties de mon contrat prévoyance à la hausse. Ceci dans le souci de prévenir un éventuel sinistre qui mettrait en péril la cellule familiale. Le 23/11/12, alors que je me trouvais en OPEX, j'ai malheureusement subi un accident en service, rapport circonstancié effectué. Je pris soin, depuis le théâtre d'opération, de prendre rdv pour une IRM lombaire. Jusqu'à la date du retour, j'alternais 5 jours de cortisone puis 10 jours d'anti-inflammatoires, ainsi que la prise d'antalgique, et perfusions. A mon retour en France, je me trouvais alors en arrêt de travail suite à cet accident, et le 21/01/2013, la douleur et le handicap s'accentuant de jour en jour, je passai donc cette fameuse IRM qui révéla une hernie discale migrée. Opération chirurgicale le 04/02/13. Je déclarai alors mon sinistre au GMPA. J'eu pour réponse : "Après examen de notre médecin conseil,il se trouve que votre accident en service ne peut être considéré comme un accident au sens de l'assurance...., la garantie IPPA (Indemnité Permanente Par Accident) ne peut donc pas être mis en oeuvre." Voilà les grandes lignes de la réponse du GMPA. Sauf que, et il faut le savoir, un contrat prévoyance ne comprend pas uniquement cette fameuse "garantie IPPA" qui consiste, si votre accident est reconnu comme tel par l'assureur, à une indemnisation qui correspond au pourcentage, défini par un médecin expert qui vous aura examiné, du capital de base que vous aurez soucrits dans votre contrat. (exemple : capital de base de 100 000 euros, le médecin expert détermine 15% d'invalidité, votre indemnisation correspondra à 15% de 100 000 euros, soit 15 000 euros). Donc revenons à ce fameux contrat de prévoyance si vous le voulez bien. Donc outre la garantie dont je viens de vous parlez précédemment, il existe également : - la garantie "capital réforme" qui est un capital versé dans l'éventualité où l'assuré est réformé suite à un événement en lien avec le service - la garantie IPPM (indemnité Permanente Par Maladie) qui en résumé présente les mêmes caractéristiques que l'IPPA. C'est à dire passage devant un médecin expert qui va déterminer un taux d'invalidité, ce taux sera ensuite appliqué au capital de base correspondant. Le montant de ce capital de base plus ou moins conséquent en fonction du contrat choisi. La garantie "perte de solde" : garantie qui permet de se voir attribuer mensuellement un montant permettant de compenser une perte de salaire pour un nombre de mois donné. Là encore, ce montant est plus ou moins important selon le contrat choisi. Donc venons en au problème : lors de mon accident, le montant de mes principales garanties étaient les suivants : - IPPM : capital de base 20 000 euros - capital réforme: montant de 48 000 euros - perte de salaire : 1000 euros maximum mensuels pendant 36 mois. Donc après avoir déclaré mon sinistre comme je vous l'ai indiqué ci-dessus, et après avoir reçu pour réponse "la garantie IPPA ne peur être mis en oeuvre", j'en ai référé à mon conseiller GMPA, il m'a alors dit "mon adjudant, étant donné que le GMPA ne vous donne rien, ça ne sert à rien d'avoir le contrat que vous avez, vous payez beaucoup et on ne vous verse rien, nous allons donc baisser vos garanties pour que vous payiez moins de cotisations". Nous étions alors en juillet 2013, et j'étais toujours en arrêt de travail suite à mon accident en service. Mon état de santé nécessita par la suite un placement en Congé Longue Maladie, avec 6 périodes de 6 mois qui se succédèrent. Et malgré 5 séjours en rééducation, la réforme ne pu être évitée le 02/08/16. Se pose alors le souci des ressources financières, et donc c'est là qu'intervient le contrat de prévoyance. Sauf que les garanties n'étaient plus les mêmes que lors de mon accident : - IPPM : capital de base de 7800 euros au lieu de 20 000 - capital réforme versé en cas de réforme : montant de 25 000 euros au lieu de 48 000 euros - perte de solde : 400 euros mensuels maximum au lieu de 1 000 euros pendant 36 mois. Voilà pour les principaux changements de mon contrat prévoyance alors que je me trouvais en arrêt de travail. J'établi une lettre à l'attention de Monsieur le Secrétaire général, et voici ce que j'ai eu pour réponse : - à la question "est il normal de faire baisser des garanties, contre sa signature bien sûr, à un assuré lorsqu'il se trouve en arrêt de travail alors que son état de santé peut évoluer négativement ?" on me répond "vous avez choisi de baisser vos garanties pour baisser le coût de vos cotisations" Déjà à ce stade là on fait fausse route, je n'ai pas choisi de baisser mes garanties, mon CONSEILLER GMPA, suite à la réponse incomplète du siège du GMPA, m'a CONSEILLE de baisser mes garanties. - A la question : "je souhaiterai monter mes garanties comme elles l'étaient initialement pour pouvoir bénéficier des montants correspondant", je connaissais bien sûr la réponse: "votre état de santé pouvant évoluer négativement, nos assureurs ne peuvent augmenter vos garanties" mais ça ne les a pas empêché de les baisser... Donc au final, mon contrat prévoyance a donc été modifié, contre ma signature bien entendu, sur conseil de mon conseiller GMPA. Le siège du GMPA m'a informé, suite ma déclaration de sinistre, que la garantie IPPA ne pouvait être mise en oeuvre, alors que ce n'était pas du tout l'objet de mon courrier, je déclarais simplement mon sinistre, sans question particulière, afin d'être naturellement orienté dans mes futures démarches. Pourquoi en réponse à ma déclaration de sinistre, le GMPA n'a fait qu'évoquer la garantie IPPA ? Pourquoi ne pas évoquer les autres ? Quant à mon conseiller GMPA, au lieu de me conseiller de baisser mes garanties, le conseil qu'il convenait de donner était sans doute le suivant : "mon adjudant, tant que vous êtes en arret maladie suite à votre accident, il serait plus sage et je vous le conseille, de conserver vos garanties". Aujourd'hui, je suis réformé depuis le 2 août, et je peux vous dire que le nerf de la guerre actuellement, c'est la santé mais aussi l'argent. Il existe au niveau des assurances un aspect juridique qui encadre le DEVOIR DE CONSEIL, je ne manquerai pas de vous tenir informé des suites,éventuellement juridiques, données à mon dossier, en attendant messieurs dames, je vous conseille, au cas où vous seriez victime d'un accident en service, de bien conserver vos garanties tant que vous n'avez pas repris votre travail. A tous ceux qui m'auront lu je vous dit à bientôt

Plus

le portail internet

Moins

le conseil

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis

Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur Gmpa
Retrouvez nous sur Facebook