Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / CNP Assurances / Assurance prévoyance / Avis de Bernard
Partagez votre expérience sur CNP Assurances : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par Bernard sur l'assurance prévoyance de CNP Assurances

92 lectures

Détail de la note et satisfaction de
mercredi 27 juillet 2016 à 12:01

Bernard
Assez mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
0 5 1,2

Faible réactivité aux demandes de renseignements et de service, interfaces clients démodés voire obsoletes

Plus

Donne une impression de solidité parce que très grosse compagnie, ne peut pas couler,

Moins

N'a pas évolué depuis 10 dans ses méthodes de travail, fonctionne par courrier, n'est pas dans une logique de services-client, a des usagers-captifs

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis
Denis
Réponse de
dimanche 27 novembre 2016 à 12:30

Je confirme ces propos, la CNP fait traîner les dossier pour récupérer de l'argent, ils ne réponde jamais aux courriels et quand vous réussissez a les avoir au téléphone, ils vous mentent . Pour moi ce sont des spoliateurs et des incompétent. Ils ont déjà été épinglé et ont payé une amende, voir le texte ci-dessous, mais comme les pénalité sont ridicule par rapport a l'argent volé, ils n'en non rien a faire. CNP Assurances écope d'une amende record de 40 M€ de la Commission des sanctions de l'ACPR pour le traitement «très insuffisant» de son stock de contrats d'assurance vie en déshérence. Le superviseur a manifestement voulu frapper fort, compte tenu du rattachement de la CNP à la sphère publique et de sa première place, en France, sur le marché de l'assurance vie. Après BNP Paribas Cardif, c'est au tour de CNP Assurances d'être dans le collimateur de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) sur le traitement des contrats d'assurance vie en déshérence. Le 31 octobre, la Commission des sanctions a prononcé à l’encontre du premier assureur de personnes un blâme ainsi qu’une sanction pécuniaire de 40 M€. Estimant que «les griefs notifiés […] paraissent, compte tenu notamment du rattachement de CNP à la sphère publique et de sa première place, en France, sur le marché de l’assurance sur la vie, devoir être très lourdement sanctionnés», le représentant du collège de l'ACPR avait même proposé une sanction de 100 M€, le maximum autorisé par le code monétaire et financier. La Commission des sanctions a finalement été plus clémente, mais il semble assez clair qu'elle ait souhaité frapper fort, notamment par souci d'exemplarité et de pédagogie. TROIS GRIEFS DISTINCTS Les griefs retenus portent tout d’abord sur l’obligation d’identifier les assurés décédés, ce que l’assureur aurait omis de faire, notamment pour les assurés dont le décès est antérieur à 1978. Ensuite, l’ACPR retient des manquements à l'obligation générale de recherche des bénéficiaires ainsi que des carences «propres à la recherche d’associations bénéficiaires et des bénéficiaires de contrats d’une valeur inférieure à 2000 euros». Enfin, le régulateur pointe un défaut dans l’établissement de la liste des contrats d’assurance vie dénoués comportant des montants non réglés (voir le tableau comparatif des décisions sur BNP Paribas Cardif et CNP Assurances). La décision de 16 pages, sévère (lire encadré ci-dessous), se termine par deux laconiques articles, le premier prononçant la sanction de 40 M€, le second confirmant la publication de la décision au registre de l'ACPR. Cette décision pourra faire l’objet d’un recours dans les deux mois à compter de sa notification.


Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur CNP Assurances
Retrouvez nous sur Facebook