Suivez nous !
La communauté en ligne des assurés
Accueil / Lire un avis / Allianz / Assurance vie / Avis de colérix
Partagez votre expérience sur Allianz : connectez-vous ou créez un compte

Avis déposé par colérix sur l'assurance vie de Allianz

739 lectures

Détail de la note et satisfaction de
mardi 01 janvier 2019 à 20:51

colérix
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
Mauvaise
0 5 1

manque d'informations auprès des assurés. Les documents remis au client ne contiennent que les conditions favorables et n'y apparaissent pas les éléments très défavorables à l'assuré. On découvre le désastre financier quelque temps plus tard. Les conditions de rachat ne sont volontairement pas précisées et pour cause.

Plus

Je n'en vois pas pour l'assuré. Pour l'assureur et son démarcheur, c'est le pactole assuré.

Moins

commercialisation douteuse.

Cet avis vous a t-il été utile ?
Merci pour votre vote
Merci, vous avez déjà évalué cet avis
TER13
Réponse de
jeudi 03 janvier 2019 à 13:18

Bonjour pouvez vous nous en dire plus sur votre expérience chez Allianz notamment de quel contrat s'agit il de Multi-épargne Vie , de Yearling ou de Active4Life ? Je recherche des témoignages réels de clients lésés. A titre personnel mon contrat est entre les mains d'un avocat il semblerait qu'il y ait des "failles" dans le process d'adhésion chez Allianz, vous avez peut être vous aussi de tels éléments à exposer/défendre. Profitons de ce site qui a l'air sérieux pour exposer nos problèmes avec ces compagnies.

logo_Allianz
Réponse de Allianz
mercredi 09 janvier 2019 à 18:49

Bonjour colérix, Je suis navrée de l'expérience que vous décrivez. Si vous avez une insatisfaction, n'hésitez pas à solliciter notre équipe Réclamation par mail via scrs@allianz.fr. N'omettez pas de préciser vos coordonnées (nom, prénom, adresse) et le n° de contrat. Attentivement, Sandrine

colérix
Réponse de
jeudi 10 janvier 2019 à 16:50

Bonjour TER13, Il s'agit en fait d'un contrat d'assurance Vie-entière qui n'a rien à voir avec une assurance vie classique, point sur lequel le démarcheur se garde bien d'assister. Le principe de l'assurance vie-entière est le suivant: vous cotisez pendant une période donnée, en général 20 ans, et vous êtes assuré pour vos proches qui reçoivent un capital le jour où vous décédez. En pratique ce capital est indexé tous les ans, donc les cotisations suivent la même augmentation. ce qui fait qu'au bout de quelques années, celles-ci deviennent assez lourdes pour vos finances. L'assureur vous propose alors 2 solutions: le rachat du contrat ou arrêter de payer les cotisations(je me souvient plus du terme approprié). Dans le premier cas l'assureur vous reverse un capital calculé en fonction d'un tableau d'amortissement, capital ridicule par rapport à ce que vous avez versé (30 ou 40 % au bout de 10 ans). Dans le deuxième cas, option que j'ai choisie, les proches touchent, le jour du décès de l'assuré, un capital très faible par rapport aux sommes versées, d'autant plus que l'assureur sait jouer avec le taux annuel d'actualisation du capital versé au décès. Il est même arrivé que ce taux soit négatif alors que l'assurance vie classique rapportait 4 à 5 % la même année. Dans les 2 cas l'assuré est lésé. Pour être complet, il faut dire que l'assuré bénéficie d'une assurance décès dès la signature du contrat C'est sur ce point que l'assureur se réfugie pour se justifier. Mais cette assurance décès représente un risque presque nul pour l'assureur quand l'assuré a 30 ans, mais un coût prohibitif pour l'assuré, car ces contrats sont proposés à des clients jeunes. Il suffit de voir aujourd'hui le coût d'une assurance décès quand on a 30 ans. Dans le meilleur des cas, si vous cotisez pendant les 20 ans, vos proches perdent le jour de votre décès 3 ou 4 fois le capital qu'ils auraient eu si vous aviez cotisé sur une assurance-vie, Excel est très commode pour faire les calculs. Je parle de commercialisation douteuse car le démarcheur n'informe pas évidemment son client de tous les inconvénients, sinon celui-ci ne signerait jamais: il ne parle pas du fameux tableau d"amortissement dont je parle précédemment et qui n'est pas soumis à signature. Les seuls documents soumis à signature de l'assuré sont ceux relatifs à l'assurance décès(état de santé de l'assuré) et donc favorables à l'assureur. D'après le code civil, l'assureur se doit d'informer son client aussi complètement que possible, et c'est à l'assureur de prouver qu'il l'a fait. On est loin du compte. Mon épouse et moi avons signés 2 contrats de ce type. Le premier a été racheté et le capital versé sur une assurance vie classique. Lors du rachat, le démarcheur a habilement détruit et conservé les documents du contrat , ce qui fait qu'aujourd'hui nous n'avons plus de trace sur l'historique. J'ai entrepris les démarches auprès d'Allianz pour avoir ces documents. Mais Allianz fait la sourde oreille et refuse de fournir ces contrats, ce qui ne facilite pas les démarches. Voilà, TER13, où j'en suis.

colérix
Réponse de
jeudi 10 janvier 2019 à 21:10

Bonjour TER13, Il s'agit en fait d'un contrat d'assurance Vie-entière qui n'a rien à voir avec une assurance vie classique, point sur lequel le démarcheur se garde bien d'assister. Le principe de l'assurance vie-entière est le suivant: vous cotisez pendant une période donnée, en général 20 ans, et vous êtes assuré pour vos proches qui reçoivent un capital le jour où vous décédez. En pratique ce capital est indexé tous les ans, donc les cotisations suivent la même augmentation.Ce qui fait qu'au bout de quelques années, celles-ci deviennent assez lourdes pour vos finances. L'assureur vous propose alors 2 solutions: le rachat du contrat ou arrêter de payer les cotisations (réduction du contrat). Dans le premier cas l'assureur vous reverse un capital calculé en fonction d'un tableau d'amortissement, capital ridicule par rapport à ce que vous avez versé (30 ou 40 % au bout de 10 ans). Dans le deuxième cas, option que j'ai choisie, les proches touchent, le jour du décès de l'assuré, un capital très faible par rapport aux sommes versées, d'autant plus que l'assureur sait jouer avec le taux annuel d'actualisation du capital versé au décès. Il est même arrivé que ce taux soit négatif alors que l'assurance vie classique rapportait 4 à 5 % la même année. Dans les 2 cas l'assuré est lésé. Pour être complet, il faut dire que l'assuré bénéficie d'une assurance décès dès la signature du contrat C'est sur ce point que l'assureur se réfugie pour se justifier. Mais cette assurance décès représente un risque presque nul pour l'assureur quand l'assuré a 30 ans, mais un coût prohibitif pour l'assuré, car ces contrats sont proposés à des clients jeunes. Il suffit de voir aujourd'hui le coût d'une assurance décès quand on a 30 ans. Dans le meilleur des cas, si vous cotisez pendant les 20 ans, vos proches perdent le jour de votre décès 3 ou 4 fois le capital qu'ils auraient eu si vous aviez cotisé sur une assurance-vie, Excel est très commode pour faire les calculs. Je parle de commercialisation douteuse car le démarcheur n'informe pas évidemment son client de tous les inconvénients, sinon celui-ci ne signerait jamais: il ne parle pas du fameux tableau d’ amortissement dont je parle précédemment et qui n'est pas soumis à signature. Les seuls documents soumis à signature de l'assuré sont ceux relatifs à l'assurance décès (état de santé de l'assuré) et donc favorables à l'assureur. D'après le code civil, l'assureur se doit d'informer son client aussi complètement que possible, et c'est à l'assureur de prouver qu'il l'a fait. On est loin du compte. Mon épouse et moi avons signés 2 contrats de ce type. Le premier a été racheté et le capital versé sur une assurance vie classique. Lors du rachat, le démarcheur a habilement détruit et conservé les documents du contrat, ce qui fait qu'aujourd'hui nous n'avons plus de trace sur l'historique. J'ai entrepris les démarches auprès d'Allianz pour avoir ces documents. Mais Allianz fait la sourde oreille et refuse de fournir ces contrats, ce qui ne facilite pas les démarches. Quand on signe, on n’a pas l’information et on la découvre quelques mois plus tard ; mais il faut déjà signer pour l’avoir. Sur Internet les avis ne sont pas favorables pour Allianz et attirent la vigilance des gens. Voilà où j’en suis, TER13.

TER13
Réponse de
vendredi 11 janvier 2019 à 14:21

Bonjour COLERIX merci de votre témoignage ! Commercialisation plus que douteuse en effet ! Je pense que nous sommes nombreux ici à avoir signé le contrat sans TOUT vérifier mais c'est impossible le produit est hyper complexe à appréhender pour le néophyte. Et en effet si nous avions eu et lu tous les documents avant signature nous n'aurions pas signé ! Heureusement pour nous le "conseiller" dans sa course à la signature et au chiffre d'affaire fait parfois quelques "erreurs" qui semblent attaquables devant les tribunaux !

Insider
Réponse de
jeudi 28 février 2019 à 18:06

Les contrats mixte ou vie entière devraient être interdit. D'une part parce qu'ils sont absolument incompréhensible pour un non-initié avec une partie de cotisation à perte (type assurance décès) et une partie d'investissement sur un contrat type assurance vie. Là, ils font un micmac des 2 et c'est juste incompréhensible pour le client lambda. La deuxième chose c'est que ce genre de contrat ne correspond que très très rarement à un vrai besoin patrimonial; et quand bien même il y répondrai, une assurance-décès d'un coté et une assurance-vie de l'autre feraient l'affaire avec probablement moins de frais et plus de lisibilité.


Votre commmentaire doit contenir au moins 200 caractères
 
Partagez le contenu d'Opinion-Assurances !
D'autres avis sur Allianz
2ème
Allianz est 2ème des assureurs du classement vie
Retrouvez nous sur Facebook